Il y eut d’abord, aux balbutiements de l’éducation d’un regard d’enfant, un premier enchantement devant une fresque de Giotto. Puis, au temps des contes de fée, la fascination devant une figure hiératique de Petrus Christus. Et enfin, à la fleur de l’adolescence, un véritable choc esthétique ; celui qui provoque un chancellement du corps et une vibration du cœur, celui qui émeut aux larmes autant qu’il comble de joie : une Annonciation de Botticelli.

S’ensuit une soif de comprendre, un désir ardent de voir et de s’engouffrer dans les mystères de la création artistique. Ici l’éternelle et douce beauté d’un visage de Léonard de Vinci ; là, l’incandescence d’un Christ de Grünewald ; ici, la puissance d’une scène de Goya ; là, la rêverie nébuleuse d’un Friedrich.

C’est alors, sur les grèves étranges de Nolde, qu’une première révélation est murmurée.

Qu’est-ce qui se joue dans ces membres décharnés des créatures de Giacometti ? Comment transmettre le drame qui s’opère dans ce manteau écarlate chez les Van Eyck ? Pourquoi une telle émotion devant ce minuscule chapelet de coquilles de bois, de nacre et d’or ? D’où vient la force de ce monochrome qui ressemble à une insurrection philosophique ?

Et, enfin, depuis le plongeon dans les avant-gardes historiques du XXe siècle jusqu’à la découverte du fameux When attitudes become form, c’est le saisissement hypnotique devant une œuvre de Rothko qui éponge tout doute : l’art est une vocation et son histoire une passion.

 

L’œuvre d’art raconte l’histoire bouleversante, merveilleuse et dramatique de l’Humanité. Ses évolutions formelles et matérielles accompagnent voire anticipent les révolutions, progrès et drames de nos sociétés. Elle raconte aussi l’histoire sensible des tensions, des idées et des émotions à l’œuvre au cœur de l’homme. Enfin, elle a un pouvoir, celui d’ouvrir le regard et d’élever l’esprit, celui de révéler une vérité éternelle.

 

Diplômée de la faculté d’Histoire de l’art à l’Université de Strasbourg, Deborah FEST KINDLER s’intéresse tout particulièrement aux avant-gardes historiques du XXe siècle et à la création contemporaine. Après un passage à la conservation dans l’institution muséale parisienne, elle s’initie au marché de l’art international auprès de collectionneurs expérimentés. Encouragée par des amateurs d’art avec lesquels elle partage son regard et ses choix à travers expositions et foires internationales, elle fonde en 2012 son cabinet de conseil en art. Elle y développe alors un ensemble de prestations sur mesure et au service de l’œuvre d’art. Depuis, elle conseille et accompagne amateurs d’art et entreprises dans la constitution, la gestion et la conservation de leur collection d’art ancien, moderne ou contemporain. Elle aide et oriente institutions et galeries, dans des recherches spécialisées et des études prospectives.

Intègre et rigoureuse, intuitive et objective, Deborah FEST KINDLER travaille à l’écoute attentive de ses clients et de leur histoire.

Si un regard est toujours empreint d’une sensibilité propre, son conseil est réfléchi, pertinent et distancié. Elle sait regarder en dehors des modes pour repérer les œuvres de haute qualité ; des choix exigeants et rigoureux viendront soutenir un besoin de conscience et un désir de connaissance, enrichir une quête de sens et de beauté.

 

Interroger une pièce, questionner l’originalité d’une démarche, contextualiser une création, comprendre un geste, retracer une histoire, toutes les prestations proposées servent avant tout l’œuvre d’art, son appréhension et sa préservation.

 

Née en 1983, Deborah FEST KINDLER a établi sa société en France à Mulhouse et à proximité de Bâle. Cette position centrale lui permet d’accompagner ses clients installés à travers l’Europe.

 

Contact

En soumettant ce formulaire vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google (ce site est protégé par reCAPTCHA)